VIDEO ARCHIVE : La C.G.T. en mai 68

Lien pour voir le film

La C.G.T. en mai, film réalisé par une équipe de militants, dont principalement Paul Seban, réalisateur de l’O.R.T.F., est une analyse et chronique du mouvement de masse de mai juin 68, composée d’éléments tournés alors en 16mm et en super 8, et de témoignages enregistrés un an plus tard (extrait d’un programme de la cinémathèque algérienne)

« Face au débordement de films gauchistes qui donnaient une vue déformée et tendancieuse des évènements, il fallait que soit donné à la classe ouvrière un film qui relate exactement, justement, ce qui s’est passé en France en mai et juin 1968. »

Ce film rend compte de l’ensemble des faits qui ont marqué cette période : le déclenchement de la grève, son déroulement, son développement, les manifestations, les négociations et leurs résultats, la reprise du travail.
Pour le faire le plus complètement possible, les réalisateurs ont largement utilisé les films en provenance des entreprises, les images en sont parfois imparfaites, maladroites même.

D’ailleurs le film s’ouvre sur l’exemple de Sud Aviation de Nantes, première entreprise occupée le 14 mai 1968 L’ampleur de la grève, sa conduite, son organisation ont justement remis les choses et les gens à leur place : des interviews, des discours de ses responsables : Benoît Frachon, Séguy, Mascarello et d’autres rappellent la position de la CGT à différentes périodes du mouvement. Des conversations, des débats avec des militants syndiqués « à la base » permettent de préciser le sens et la portée réelle des grèves de mai et d’en apprécier le résultat.
Les jeunes militants, dont l’interview termine le film, traduisent en termes simples et directs l’état d’esprit nouveau, la ferme volonté qui anime la classe ouvrière à la fin des évènements.

Le final du film : les rentrées victorieuses des organisations syndicales dans les entreprises, derrière les drapeaux, au chant de l’internationale, dans l’allure et dans le souffle font penser à certaines séquences de LA VIE EST À NOUS de Jean Renoir :
la grève est terminée, mais la lutte continue!

«75 copies environ ont été vendues par elle (la CGT) à des U.D.»
Extrait du rapport de Fernand Vigne (CPDF) du 12 mai 1970.

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.